CCI CORREZE : UNE MOTION FACE A LA FLAMBEE DES PRIX DE L'ENERGIE

Face à la flambée des prix de l'énergie, le bureau de la CCI Corrèze, réuni le 10 octobre, adresse une motion aux services de l'Etat, aux organisations patronales et aux médias pour que des actions et mesures d'urgence soient mises en oeuvre afin de conserver de la compétitivité et de la visibilité pour ses entreprises.

 

Depuis l’automne 2021, les prix de l’énergie flambent dans toutes les régions de l’Union Européenne. Le conflit sur les territoires ukrainiens déclenché par la Russie et les mesures de sanctions logiques contre ce pays décidées par l’UE accentuent cette crise énergétique sans précédent depuis le choc pétrolier de 1974.

 

Début 2021 en France, la molécule de gaz s’échangeait à 35 euros le MWh, au 30 août de cette même année ce prix est de 208 euros, soit + 600%. Mi‐juillet 2021, le prix du MWh d’électricité était de 75€. Aujourd’hui, il s’affiche en moyenne à 450€, soit + 600% également.

 

Cette crise tire l’inflation dans la zone euro à son plus haut niveau et menace dangereusement ménages et entreprises.

 

Acculées par la flambée de ces prix de l'énergie, les entreprises et notamment celles de la Corrèze sont particulièrement préoccupées. Des lignes de production sont à l'arrêt, les marges se réduisent, les approvisionnements sont de plus en plus tendus. De nombreuses entreprises se retrouvent dans une impasse face à cette envolée des prix de leurs énergies vitales.

 

La CCI de la Corrèze souhaite que des actions et mesures d'urgence soient mises en œuvre afin que cette situation cesse et qu’elle soit stabilisée autour de prix permettant de conserver de la compétitivité et de la visibilité pour son tissu économique.

 

Dans ces conditions, les membres du Bureau de la CCI de la Corrèze, réunis le 10 octobre 2022 à Brive, sous la présidence de Madame Françoise CAYRE, soulignent leurs préoccupations :

 

- D’abord, ils souhaitent rappeler que l’engagement des entreprises en faveur de la sobriété énergétique est essentiel et fait sens. C’est l’un des éléments fondateurs d’une transition écologique indispensable et réussie. Les entreprises de la Corrèze vont immanquablement continuer à se mobiliser sur la décarbonation de leurs activités.

 

- Ensuite, il leur parait urgent et capital, qu’à l’instar de la décision de la réunion extraordinaire du Conseil Énergie du mercredi 7 septembre de l’UE, soit prise une seconde initiative par elle afin de repenser le marché de l’énergie et en particulier celui de l’électricité. La dérégulation actuelle et les mécanismes de ces marchés doivent être revus.

 

- Au‐delà de ce qui a été mis en place avec l’abaissement de la contribution au service public d’électricité (CSPE), de l’augmentation du volume régulé à l’électricité nucléaire historique (ARENH) et du bouclier tarifaire bénéficiant aux petites entreprises, il est nécessaire que les conditions d’éligibilité, les délais d’ouverture du guichet sur l’aide dite « énergie » du plan de résilience et les modalités d’éligibilité d’accès aux dispositifs soient améliorés, notamment pour ce qui concerne la baisse et les pertes en matière d’Excédent Brut d’Exploitation.

 

- Enfin, s’ajoutant à la flambée des prix, le rationnement d’énergie et les coupures d’électricité cet hiver seraient préoccupantes pour l’outil industriel et auraient de lourdes conséquences économiques et environnementales. Un tel scénario serait désastreux pour les entreprises de l'agroalimentaire, ou encore de la métallurgie, grandes consommatrices d'énergie.

 

- Grâce à sa proximité avec le tissu économique, la CCI est en capacité de repérer les entreprises fragilisées, notamment celles qui consomment beaucoup d’énergie et qui ont des marges faibles. Un outil de diagnostic, le "Diagnostic Energie", permet aux entreprises d'évaluer leur consommation et d'obtenir des pistes d'amélioration.

Revenir